• Créé avec Web Acappella ™ version gratuite •Cliquez ici pour en savoir plus
 
Depuis la riveUne rose sous la pluie courbe l'échine , se penche sur son sort , perd de sa superbe , sombre dans le fracas d'une bourrasque aussi soudaine que rageuse , se fige dans le coeur frippé d'un amour en perdition...
My work - Pictures - mon travail
Les chevaux de la Nuit
Une oeuvre commune donnera naissance à une robe en papier sur laquelle j'ai apposé deux jours d'explosion picturale sous la forme de peintures acryliques qui fusèrent d'un pinceau s'échappant de ma main ... ou, peut-être, se diffusèrent directement de ma main ...
Le peintre et le Modèle
CLIQUEZ ICI© Serge Mogere Soudain, à l’heure des oiseaux chanteurs, je me suis levée, le cuir chevelu tel une pelote d’aiguilles...
vidéo Une dédicace La Saga de Bosi, un récit islandais transcrit au 13e siècle
vidéo vidéo vidéo vidéoGRAPHOESIECOMME UN VERRE A BOIRE, TELLE LA TENDRESS E QUI ECLAIRE TON REGARD ...
GRAPHOESIE - MOGERE
vidéo © extrait de JARDIN DE SOI Recueil de poèmes de SERGE MOGÈRE LE PÉRIPLE D’UNE FEUILLE DE JOURNAL Tu te lèves du pied gauche, le droit étant encore sous la couette, cela va de soi, en toute moiteur ! Il est des matins sans tain dont les reflets de la vie se sont estompés dans les plis du drap blanc posé sur un lit sans fin . Il est des instants nonchalants que l’on savoure à chaque grain de ta peau et des parcours le long de ta cuisse qui sont des initiations au monde féminin … La longueur d’ondes stabilisée, tu écoutes la litanie de l’actualité . Tu poursuis ton périple dans le déambulatoire du réveil . Les objets rituels du petit déjeuner mis en place, tu franchis la ligne de départ . Bientôt tu pratiqueras la grande aventure quotidienne du boulot ! Tu blêmis, rien que d’y penser ! Tes lèvres esquissent une moue . Tu respires bien fort ! Voilà, le jour se lève ! Ton corps se meut dans l’espace qui lui est imparti ! Dans la rue voilà qu’une feuille de journal se déroule à même l’asphalte ! Tu ris tout simplement en observant un enfant courir après ...
© copyright poème Serge Mogère extrait de La Mariée, L’épouse , la régulière et autres avatars La Séparation L’instant entre deux mondes L ‘art d’aimer , l’art de se plaire , l’art de s’entre-déchirer , pour finalement se séparer faute de dialogue , de réciprocité d’un peu d’attention. La tendresse étant absente , le sexe devient un palliatif de fortune... Qui fait de l’art un déni d’opinion n’en a que faire de la sacrée inspiration! ! Tu as été son esclave . Tu t’es soumise à ses pulsions . Tu y trouvais du plaisir à ce jeu-là ! Pour traduire la chose sans ambages : tu jouissais ! Ta pensée se nourrit des voyages de l’au-delà de Soi… La belle arabesque s’inscrit sous la calligraphie de ton repli ésotérique… L’encre encore fraîche s’étale entre les plis du délit à peine dévoilé… Et si la rivière coule entre les deux rives , le martin-pêcheur plonge pour sa pitance ; c’est une évidence de vie ! De la longue ondulation brune qui orne ton chef , s’échappe l’esprit de rhétorique . Ton corps se baigne , sans commune mesure , dans l’atmosphère moite des désirs inassouvis … Hier, entre deux mots , tu pleurais… aujourd’hui , entre deux mondes , tu souris...
My
Presentation HomeJohn Smith
Materials My workPortfolio
ContactAbout - Contact
Conditions - Copyright 2009